0guerlain.jpgangie299d.jpgangie299e.jpgangie301a.jpgangie305.jpgelm030118-cover-index-1518047926.jpgguerlain.jpg

Angelina Jolie porte plainte contre Brad Pitt pour violences contre elle et leurs enfants

            Angelina Jolie a déposé le 4 octobre 2022 une plainte reconventionnelle contre son ex-mari Brad Pitt, révélant de nouveaux détails sur le fameux vol en avion privé de 2016 où l’acteur aurait commis des violences qui ont conduit à la dissolution de leur mariage. C’est la sinistre histoire d’un vol qui se voulait privé, depuis lequel s’est crashé le mariage de deux sex-symbols d’Hollywood devant les yeux d’un grand public médusé. Si Angelina Jolie et Brad Pitt ont tout fait pour garder cette complexe affaire judiciaire à l’abri des regards indiscrets, l’actrice vient de se résoudre à déposer une plainte reconventionnelle (ce qu’on pourrait résumer en contre-plainte : quand le défendeur à une instance se porte lui-même demandeur contre le requérant. La personne attaquée devient attaquante) contre son ex-époux, le 4 octobre 2022. Et ce, à propos de violences que l’acteur aurait commis contre elle et leurs enfants à bord de ce fameux vol en jet privé de 2016. Pourquoi ces nouveaux détails émergent-ils maintenant ? Un accord de non-divulgation empêche Angelina Jolie de s’exprimer publiquement. En fait, Angelina Jolie a dû signer un accord de non-divulgation (un NDA, comme on entend souvent dans les séries états-unienniennes : NonDisclosure Agreement) qui lui interdit de s’exprimer en dehors des tribunaux concernant des violences physiques et psychologiques présumées qu’aurait commis Brad Pitt contre elle et leurs enfants. Ce NDA avait été signé sans doute pour tenter de résoudre à l’amiable un dossier concernant un château viticole du sud de la France que l’ancien couple phare d’Hollywood co-possédait. Dans le sillage de leur séparation, l’actrice avait voulu vendre ses parts à un oligarque russe, ce à quoi s’est opposé son ex-mari, déposant plainte contre elle parce qu’elle ne l’aurait pas consulté avant et que ce choix d’acheteur pourrait être une tentative de saboter le business de l’acteur. Angelina Jolie vient de déposer une plainte reconventionnelle (une contre-plainte) et c’est ce dossier qui s’enrichit et se complexifie aujourd’hui. Alors qu’on vient d’apprendre le lancement de la marque de skincare de Brad Pitt, complètement fondée sur la réputation du domaine viticole en question, ce n’était qu’une question de temps avant qu’un nouveau rebondissement ne surgisse dans cette affaire de divorce.En effet, le New York Times révèle des détails supplémentaires du dossier en cours d’instruction autour du fameux vol privé de 2016 après lequel Angelina Jolie a demandé le divorce : « Pitt a étranglé l’un des enfants et en a frappé un autre au visage » et « a attrapé Jolie par la tête et l’a secouée », indique le dossier, ajoutant qu’à un moment donné « il a versé de la bière sur Jolie ; à un autre [moment], il a versé de la bière et du vin rouge sur les enfants. »
            La plainte pour le Château Miraval, une violence économique ? Rappelons que les autorités fédérales (le FBI), habilitées à enquêter sur ce genre de vols privés, ont refusé d’engager des poursuites pénales pour maltraitance d’enfants. C’est à ce sujet-là qu’Angelina Jolie a, anonymement, porté plainte contre le FBI, afin d’obtenir des documents sur l’enquête. Car leur divorce n’est toujours pas terminé et que se pose encore la question de la garde de leur progéniture. C’est dans ce houleux contexte que Brad Pitt a porté plainte contre l’actrice au sujet de ses affaires avec le Château Miraval. Bien plus qu’une diversion médiatique, cette plainte émise par l’acteur pourrait être une tentative de reprendre une sorte de contrôle financier sur son ex-épouse, rapportent les avocats dans la plainte reconventionnelle qui vient d’être déposée par Angelina Jolie le 4 octobre 2022 : « Elle [Angelina Jolie] s’est donnée beaucoup de mal pour préserver ses enfants d’avoir à revivre la douleur que Pitt a infligée à la famille ce jour-là. Mais lorsque Pitt a intenté cette action en justice visant à reprendre le contrôle de la vie financière de Jolie et à la contraindre à rejoindre son ex-mari en tant que partenaire commercial gelé, Pitt a forcé Jolie à se défendre publiquement sur ces questions pour la première fois. » En d’autres termes, Angelina Jolie aurait bien aimé en finir au plus vite et le plus discrètement possible avec ce divorce, et protéger ses enfants d’un ex-mari qu’elle accuse de violences. Et celui-ci l’aurait prise en otage économique à travers cette histoire de Château. Rappelons que les violences économiques peuvent aussi faire partie du spectre des violences conjugales. « Pitt a attrapé Jolie par la tête et l’a secouée » Dans le cadre de cette nouvelle plainte reconventionnelle, Angelina Jolie instruit donc un dossier de détails supplémentaires concernant le vol de 2016. On peut y lire que la dispute aurait éclaté car l’acteur reprochait à l’actrice d’être « trop respectueuse » envers leurs enfants. Après lui avoir crié dessus, « Pitt a attrapé Jolie par la tête et l’a secouée, puis l’a attrapée par les épaules et l’a secouée à nouveau avant de la pousser contre le mur » de la salle de bain de leur jet privé. L’acteur aurait ensuite frappé le plafond de l’avion à plusieurs reprises, incitant l’actrice à quitter la pièce. Un de leurs enfants serait alors venu s’interposer. C’est là que Brad Pitt l’aurait étranglé, puis frappé un autre enfant au visage, avant de leur jeter de la bière et du vin. De quoi ajouter des éléments supplémentaires pour penser que Brad Pitt était bel et bien un mari et un père violent. Mais c’est à la justice états-unienne de le trancher.

 source : Mademoizelle   youtube

Joomla templates by a4joomla