Angelina Jolie fait allusion à l'affaire Weinstein dans un discours émouvant

           Angelina Jolie a fait un discours très émouvant pour les Nations Unis, dans lequel elle a dénoncé la violence sexuelle contre les femmes à travers le monde. Et l'actrice a également mentionné l'affaire Weinstein.L'affaire Weinstein a  beaucoup choqué l'opinion publique, et depuis les récits de femmes et d'hommes confiant avoir été victimes de viols ou d'agressions sexuelles se multiplient à Hollywood. Ben Affleck, Kevin Spacey, Ed Westwick... beaucoup de stars se retrouvent sur le banc des accusés. Et Angelina Jolie a été l'une des premières actrices à s'exprimer sur ces pratiques devenues monnaie courante à Hollywood ! La jeune femme, qui oeuvre en tant qu'ambassadrice de bonne volonté et envoyée spéciale auprès des Nations Unies, milite depuis 16 ans contre les viols dans les pays en guerre.  C'est pourquoi comme le rapporte The Guardian,  Angelina Jolie a été invitée à prendre la parole à Vancouver lors d'un sommet des Nations Unies sur les opérations de maintien de la paix. Et comme Kristen Stewart, qui a évoqué l'affaire Weinstein dans un discours touchant, la star a évoqué la situation à Hollywood. Angelina Jolie a rappelé que dans beaucoup de pays en guerre, le viol est utilisé comme une arme : "Ça n'a rien à voir avec le sexe, c'est une question d'abus de pouvoir". Elle a poursuivi : "La violence sexuelle est partout. Dans l'industrie où je travaille, dans le monde des affaires, dans les universités, dans la politique, dans l'armée et partout dans le monde. Très souvent, ces crimes contre les femmes sont tournés en dérision, décrits comme une offense mineure commise par quelqu'un qui ne peut pas se contrôler, comme une maladie ou comme un besoin sexuel exagéré.  Mais un homme qui maltraite une femme n'est pas hyper sexuel. Il est abusif. Les crimes sexuels n'ont rien à voir avec le sexe". Elle conclut sur une note d'espoir : "Nous avons les lois, les institutions et l'expertise pour collecter les preuves. Nous pouvons identifier les criminels. Ce qui manque est la volonté politique". Une fois de plus, l'actrice mérite notre admiration ! Angelina Jolie, qui a pris le temps de poser avec ses fans,  montre encore son engagement.

 source : Melty  youtube

Angelina Jolie participera à la réunion sur le maintien de la paix

           L'actrice américaine Angelina Jolie devrait attirer l'attention médiatique, la semaine prochaine à Vancouver, lors de la Réunion des ministres de la Défense sur le maintien de la paix des Nations unies.L'ébauche du programme de cette rencontre de deux jours, que La Presse canadienne a pu consulter, indique que l'actrice et réalisatrice prononcera mercredi un discours à titre d'émissaire du Haut-Commissariat pour les réfugiés de l'ONU. Mme Jolie est aussi cofondatrice de l'Initiative pour la prévention des violences sexuelles.Le thème principal de son discours n'est pas précisé, mais le gouvernement libéral de Justin Trudeau, hôte de la rencontre, souhaite que les discussions portent notamment sur l'égalité hommes-femmes dans les missions de maintien de la paix, et sur la lutte aux «viols de guerre» - parfois commis aussi par des Casques bleus.Le Canada n'est pas à l'abri de ces allégations: trois policiers canadiens déployés en Haïti ont été accusés d'agression ou d'exploitation sexuelle depuis 2015, selon l'ONU.Un autre participant à la rencontre de Vancouver risque aussi d'attirer l'attention: Patrick Shanahan, secrétaire adjoint à la Défense des États-Unis, doit prononcer un discours très attendu.Le gouvernement Trudeau pourrait bien, par ailleurs, profiter de cette rencontre internationale pour dévoiler la contribution du Canada aux efforts de maintien de la paix de l'ONU.On évoque notamment l'envoi d'hélicoptères canadiens au Mali et en Haïti, et d'un avion de transport qui serait basé en Ouganda. Le Canada serait aussi disposé à fournir une force d'intervention rapide sur le plateau du Golan, territoire syrien annexé par Israël depuis la guerre des Six Jours en 1967. Le Canada pourrait aussi former des Casques bleus d'autres pays.La Réunion des ministres de la Défense sur le maintien de la paix des Nations unies accueillera à compter de mardi les représentants de 80 pays, dont une cinquantaine de ministres.

 source : La Presse youtube

Au Kenya, Angelina Jolie lance un nouvel appel en faveur des réfugiés

        L'actrice américaine a visité un camp à Nairobi, à l'occasion de la Journée mondiale pour les réfugiés.L'actrice américaine Angelina Jolie, envoyée spéciale du Haut Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés, a visité, mardi 20 juin, dans un camp de jeunes filles réfugiées à Nairobi (Kenya), à l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés. La star hollywoodienne a profité de cet évènement pour lancer, comme chaque année, un appel en faveur des 65 millions de personnes déplacées à travers le monde."Plus de la moitié des réfugiés et des personnes déplacées à l'échelle mondiale sont des femmes et des enfants. La façon dont nous les traitons est une mesure de notre humanité en tant que nations", a déclaré Angelina Jolie, citée par un communiqué du HCR (en anglais), depuis ce camp qui abrite près de 491 000 réfugiés venant de la Somalie voisine, du Soudan du Sud, de la République démocratique du Congo, du Burundi et d'autres pays de la région.

 source : France TV info youtube

Angelina Jolie a eu une entrevue avec le chef de l’Eglise anglicane

       Angelina Jolie met à profit sa présence dans la capitale britannique en rencontrant de hautes personnalités comme récemment l’archevêque de Canterbury, Justin Welby. Leur entrevue a eu lieu hier au Lambeth Palace de Londres comme l’ont montré des photos postées par le chef de l’Eglise anglicane sur Twitter.Comme il le précise, ensemble ils ont eu l’occasion de discuter de « la crise des réfugiés, du Sud Soudan et des violences sexuelles dans les conflits ».Les violences sexuelles utilisées comme arme de guerre sont un sujet qu’Angelina Jolie suit de près et qu’elle a d’ailleurs évoqué un peu plus tôt cette semaine lors d’une intervention à la London School of Economics en tant que professeure invitée.Peu après, elle avait pu bénéficier d’une visite privée de Buckingham Palace avec son fils Maddox.Angelina Jolie a aidé à lancer en 2015, au sein de la LSE, le Centre for Women, Peace and Security. A l’occasion de l’ouverture de ce centre, elle avait d’ailleurs déjà rencontré Justin Welby.

 source : 20 minutes youtube

Quand Angelina Jolie devait servir d'appât pour arrêter un criminel de guerre

          Selon des messages révélés par Mediapart, Angelina Jolie s'était proposée auprès du procureur de la CPI pour participer à l'arrestation du criminel de guerre Joseph Kony.Une star engagée, prête à donner de sa personne. Depuis des années, Angelina Jolie multiplie les déplacements aux quatre coins du monde pour alerter sur différentes situations terribles. Mais d'après des messages révélés par Mediapart et l'European Investigative Collaborations (EIC), elle serait allée encore plus loin : accepter de participer à un plan pour permettre l'arrestation du criminel de guerre Joseph Kony, l'un des chefs de la milice l’Armée de résistance du Seigneur (LRA).Cette idée a été évoquée dans des mails par Luis Moreno Ocampo, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) avec lequel Angelina Jolie était en contact semble-t-il régulier, comme avec l'ONG américaine Invisible Children, qui était à l'initiative de la vidéo «Kony 2012», une sorte de superproduction humanitaire racontant les crimes commis par la LRA en Ouganda. Devenue virale, cette vidéo avait permis d'attirer l'attention du monde entier sur la situation dans ce pays d'Afrique.A l'ONG qui lui demandait conseil, Luis Moreno Ocampo a répondu de prendre contact avec Angelina Jolie, révélant un plan digne d'un film hollywoodien : «Elle voudrait inviter Kony à dîner et l’arrêter». Dans d'autres extraits révélés par le «Sunday Times», le procureur écrit : «Oublie les autres célébrités, c'est elle. Elle adorerait arrêter Kony. Elle est prête. Brad viendra probablement aussi.» Une proposition confirmée par Angelina Jolie elle-même : «Brad soutient. Parlons de la logistique. Gros bisous Xxx.» Mais l'actrice n'a finalement pas donné suite à d'autres mails envoyés par Luis Moreno Ocampo concernant cette tentative de piège.Outre ce plan, Angelina Jolie et Luis Moreno Ocampo étaient en contact pour bien d'autres raisons. Dans un message étonnant, le procureur lui demandait même... des conseils sur une décision qu'il n'avait pas encore rendue publique : «Mardi, je déciderai que le Bureau ne peut pas enquêter sur les allégations de crimes en Palestine. Les responsables palestiniens comprennent et respectent ma décision. Les Israéliens sont aussi O.K. La question est comment présenter cela aux personnes normales. Au cas où, j’attache la décision que je vais prendre. C’est confidentiel.» Angelina Jolie n'est pas la seule star que Luis Moreno Ocampo a contacté pour de tels buts. Il a également tenté de demander l'aide de George Clooney. En 2010, l'acteur avait lancé le Satellite Sentinel Project, un programme de surveillance aérienne des zones de conflit, principalement concentré sur le Soudan, un pays dont la situation le préoccupe particulièrement. Le principe intéressait tellement le procureur de la CPI qu'il a demandé à Lisa Shield, la vice-présidente du think tank américain Council of Foreign Relations (CFR), d'entrer en contact avec George Clooney début 2011, en pleine crise libyenne : «Peux-tu vérifier s’il y a une chance de faire le programme Sentinel en Libye ? Ce serait super de mettre la pression sur les généraux de Kadhafi.» Mais cette collaboration ne se fera pas car l'acteur estimait que le Satellite Sentinel Project n'était pas «suffisamment sophistiqué pour aller dans des villes comme Tripoli».

 source : Paris Match youtube

Angelina Jolie et le miracle des quatre chiffonniers

          Sauvés d'une décharge de Phnom Penh par une ONG française, quatre jeunes Cambodgiens formés au 7e art ont travaillé comme techniciens aux côtés de la réalisatrice sur le tournage de son prochain film, D'abord, ils ont tué mon père.D'ici à septembre, Netflix diffusera dans le monde entier le nouveau film d'Angelina Jolie: D'abord, ils ont tué mon père. Adapté du livre de son amie, la militante des droits de l'homme Loung Ung, le scénario raconte les horreurs du régime des Khmers rouges vues à travers les yeux d'un enfant. À l'époque, entre 1975 et 1978, 2 millions de Cambodgiens (un quart de la population) ont disparu. Le long-métrage d'Angelina Jolie est le film à plus gros budget jamais tourné au Cambodge et le premier de cette envergure à traiter de ce drame national.

 source : Le Figaro (merci à Geoffrey M)  youtube

Angelina Jolie a donné un cours à la London School of Economics

          Angelina Jolie a beau avoir connu un début d’année mouvementé à la suite de son divorce très médiatisé avec Brad Pitt, pas question pour elle de se laisser aller. Ainsi, après avoir présenté son dernier film, First they Killed my Father, au Cambodge, c’est à Londres que la réalisatrice de 41 ans s’est illustrée.Elle a donné un cours dans la prestigieuse London School of Economics (LSE). La star avait confié au Evening Standard, avant de s’y rendre : « Je suis un peu stressée, j’ai le ventre qui se serre. J’espère que je vais bien faire. C’est très important pour moi. » Mais la star de Tomb Raider n’avait aucun souci à se faire : elle a géré d’une main de maître pendant cette leçon inaugurale.Il faut dire qu’Angelina Jolie n’arrivait pas en terre inconnue : son cours portait sur les femmes, la paix et la sécurité. Des questions sur lesquelles cette envoyée spéciale des Nations Unies a beaucoup travaillé.Son intervention, qui s’inscrit dans le cadre de sa collaboration avec l’ancien secrétaire britannique aux Affaires étrangères William Hague, lui a donc offert une nouvelle plateforme pour porter son combat en faveur des plus démunis… Mais certainement pas la dernière.

 source : 20 minutes youtube
Joomla templates by a4joomla